Emmanuelle ETIENNE
galerie
VOIR / ECOUTER http://www.paris-art.com/marche-art/casanova-forever-vera-d-or/etienne-emmanuelle/7111.html#haut http://www.youtube.com/watch?v=l_-e2DX1G5U http://www.dailymotion.com/video/xfl660_emmanuelle-etienne_creation http://www.artisteslr.fr/illustrations/artist/00047/emmanuelleetienne.pdf
repères biographiques
POINT DE VUE Le verre comme conjonction d’intuitions, comme incidence de la recherche par Emmanuelle Etienne Le projet des pièces en verre soufflé a pris forme en 2002 lors d'une résidence à la Casa de Velazquez à Madrid. L'une des pistes que je m’étais proposée concernait l'infime, l'impalpable et le souffle et l'un des axes que je développais a donné lieu à tout un travail autour des baies vitrées du patio de cette institution. C'est à l'occasion de ces recherches et en tournant autour de la question de la matérialisation d'une substance qui convoquerait respiration et parole, que les premières pièces / prototypes Petits souffleurs et cinq tentatives de souffle ont été produites. Le verre apparaît donc dans mon parcours comme une conjonction d’intuitions, une incidence de la recherche, puis une évidence au même titre que la paraffine, le plâtre ou tout autre matériau susceptible par ses qualités intrinsèques de devenir un médium ; moyen du passage, intermédiaire. Ici, le souffle était la substance interrogée et les Petits souffleurs (verre soufflé au moule) ses premières incarnations. Le souffle est entendu dans son acceptation la plus modeste, c'est à dire l'inspiration et son corollaire, l'expiration. Cette donnée impalpable qui a déjà un long passé iconographique (Dieu créant l'homme, le souffle dernier lié à l'imagerie populaire de l'esprit ; de façon plus légère le joueur de pipeau ou le souffleur de bulle – Chardin, ou plus comique : tout le répertoire des putti joufflus joueurs d’instruments à vent) se rapporte à des questions à la fois ontologiques et phénoménologiques qui allient le mystère (du vivant) et la fascination (iconique)* ; trouble optique de ses représentations. Comme pour l'air qui, pour nous, n'existe que dans ce qui le capte, le filtre, le freine ou le contient virtuellement ("Air de Paris", un des ready-made les plus subtils de M. Duchamp), le souffle ne peut prendre corps que dans ce qu'il traverse. "Pour répéter le vent on refait les feuilles." G. Penone. Pour signifier l’exhalaison, émanation de l’être, on mime « les conditions de sa production ». C’est ainsi que j’ai eu l’occasion de mettre en place un dispositif de travail avec un maître verrier, Alain Bégou**, qui a bien voulu prêter son souffle et son savoir faire à la réalisation d’une série de pièces pour lesquelles il n’avait qu’une consigne, produire les bulles soufflées les plus justes que lui permettait sa pratique- comme l’on demande à un chanteur de pousser la note au sommet de son art. Cinq tentatives de souffle est le rapport exact de nos séances de travail. Cette pratique du verre, liée à la maîtrise du souffle comme son émanation , pouvait ainsi inscrire dans un matériau labile puis solide, des formes intimement liées à celles de notre système respiratoire. Par la suite, c'est en m'intéressant aux contenants et à la variété infinie des réceptacles, burettes, fioles, alambics, flacons, aiguières, ballons de toutes sortes, fragiles, insolites - objets de tant de soins dans leur réalisation ou dans leur représentation- que les éléments intitulés Cornues ont été élaborés. La dimension précieuse et mystérieuse des pièces de vaisselle- leur indécision à se tenir entre l’ustensile et l’objet d’art, entre la célébration de la jouissance et celle de la "vanité" de ses plaisirs- a été un sujet de fascination et joué un rôle aussi important dans la réalisation de ces pièces que la métaphore filée du souffle à l’alchimie. Ces objets, réalisés dans l’atelier de Dominique Marcadé, tentent la condensation (ou la synthèse ?) des principes physiques mis en œuvre pour leur réalisation (fusion, extraction, souffle, gravité, équilibrage des tensions et résistance de la matière) , des propriétés qui déterminent leurs formes et des rêveries (associations) vers lesquelles elles tendent (circulation des fluides, vases communicants, enlacements androgynes, sexes, principes "Mâlics" ou formes callipyges... ). Le verre soufflé produit par ses propriétés contraires (sa densité, sa transparence et sa fragilité) une qualité de présence à la fois constante, discrète et disparaissante. Loin de vouloir faire des réalisations emblématiques ou démonstratives, il s'agit de proposer des objets se tenant à la frontière du visible "…car la transparence (du verre) lui interdit d'être l'objet de sa propre fin, d'être à contempler en soi".*** Ainsi ces éléments participeraient d'un ensemble installé dont la précarité potentielle instaurerait un trouble sur notre propre présence.**** Notes : * D. Arasse le Détail. * ARC Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris ** Rencontre rendue possible par l’amicale entremise de Manuel Fadat. *** Emmanuel Saulnier – "Principe transparent ", L. Lang et J.P Greffe. **** Entre autres œuvres, les pièces de X. Perez ont fini de me convaincre de l'exceptionnelle particularité de ce matériau et des ouvertures qu'il peut offrir dans la recherche contemporaine.
documentation
Isabelle Bagnouls Sophie Phéline
Tél.+33 (0)4 68 59 41 18
19. avenue des Palmiers 66000 Perpignan lisba66@gmail.com
design © C. Perioni
accueil contact liens archives archives 2 JC Drawing Room 011 Emma & Sylvie Les Locataires Art on paper Drawing room 2012 Daniel Dezeuze Carte blanche Nicolas Cussac Bachelot caron- Jacques Monory Lune rousse Porte ouverte Léonardo Marcos Elles Janson YOON - HEE ACCENT TONIQUE FLOREAL ...mais ce jour ne viendra peut-être pas.Galerie d'art contemporain - au centre ville de Perpignan , a ouvert ses portes en mai 2011, dans le cadre original d’une maison dont trois étages sont consacrés aux expositions.
actualité artistes P. des Gachons E. Etienne S. Fajfrowska D. Gigoux-Martin F. Jou A. Lapierre J. Susplugas B. Thaden Et aussi... Dorothée Clauss Daniel Dezeuze Aurélie Piau Jean-Baptiste des Gachons Bachelot caron Jacques Monory Léonardo Marcos Janson YOON - HEE Nicolas Daubanes Alain Lapierre Julien Cassignol Pablo Garcia